Exclusif : comment les salafistes endoctrinent.

L’anthropologue Florence Bergeaud-Blackler montre, dans une étude inédite, le rôle des femmes dans la propagation d’un islam rigoriste.

 Propos recueillis par Géraldine Wœssner

 

C‘est l’un des angles morts de la recherche anthropologique : si les processus de radicalisation fondamentaliste menant au djihadisme, et donc à la violence, ont été étudiés, les techniques d’endoctrinement pouvant amener des gens parfaitement pacifiques et insérés dans la société à adhérer au salafisme restent largement méconnues, voire ignorées. Le risque de séparatisme, parfois de radicalisation, s’étend pourtant bien au-delà des prisons et des salles de prière rigoristes. En rassemblant autour de gâteaux et d’une tasse de thé des femmes musulmanes de divers horizons, pratiquantes comme… (suite)


Florence Bergeaud-Blackler

www.bergeaud.blackler.eu