Quick halal : discrimination vs segmentation

Les entrepreneurs ont trouvé la parade. A « discrimination », ils répondent « segmentation », un argument désespérément recevable. Dans ce milieu où l’on se plaint d’opacité et de langue de bois, on peut dire que Aziz Senni, fondateur de Business Angels des Cités (sic) ne l’a pas:

Extrait de L’expansion 19/02/10

Pour vous, des restaurants 100% halal, ce n’est pas de la discrimination, comme l’estime la mairie de Roubaix, qui a porté plainte contre Quick?

A l’accusation de discrimination, je réponds segmentation marketing. Les huit Quick qui proposent des menus 100% halal sont tous implantés en banlieue, un espace essentiellement habité par des personnes de confession musulmane. La vraie question à se poser, c’est pourquoi la mixité sociale et ethnique est totalement absente de ces zones. Si les politiques d’intégration n’avaient pas échoué, on n’aurait pas toutes ces poches où se concentre un même type de population. Ça, c’est l’affaire des politiques. Ce n’est pas aux entrepreneurs de faire de la politique. Eux, ils s’occupent de développer leur entreprise. Et ils n’ont pas envie de passer à côté d’un marché comme le marché halal, estimé à quatre milliards d’euros et en croissance de 15% par an.

Soit. A échec, échec et demi.


Florence Bergeaud-Blackler

www.bergeaud.blackler.eu

Vous aimerez aussi...